Cohabitation souris et autres rongeurs

Parce que vous êtes bien trop nombreux à poser toujours la même et unique question : Les souris peuvent-elles vivre avec d’autres rongeurs/lagomorphes ?

La réponse est clairement NON !

Les raisons s’opposant à ces cohabitations sont multiples :

  • Activité : les souris sont crépusculaires voire nocturnes, ce qui signifie qu’un rongeur diurne (cobayes par exemple) les dérangera obligatoirement dans leur sommeil et vice-versa ; ce qui engendrera de ce fait des tensions conséquentes entres ces deux espèces, débouchant alors sur des affrontements certains.
  • Alimentation : les souris présentent un régime omnivore à tendance granivore, ce qui implique qu’ils ne peuvent cohabiter avec d’autres rongeurs/lagomorphes qui n’ont pas le même régime alimentaire. Il serait alors fortement probable que des carences et des excès puissent apparaitre ainsi que des dérèglements de la flore intestinale, menant alors la souris ainsi que l’autre animal vers des problèmes de santé évidents.
    Outre ce point important, il ne faut pas oublier que le rat est un prédateur de la souris, que le cobaye a besoin d’un apport supplémentaire de vitamine C et que le chinchilla doit se nettoyer quotidiennement dans un bol de terre à bain contrairement à la souris.
  • Habitat : les souris sont de petits rongeurs capables de passer entre des barreaux espacés de plus d’un centimètre (parfois moins pour les plus petites), il est donc évident qu’elles doivent disposer d’une cage adaptée à leurs besoins et qui assure leur sécurité. On oubliera de ce fait les cages à lapins, ou à furets, etc.
    Certains rongeurs requièrent des cages « arboricoles » (rats, écureuils de Corée) qui permettent de grimper en hauteur, alors que d’autres sont plutôt terre à terre (lapins, cobayes) ; les souris ayant besoin d’une cage ni trop haute, ni trop basse et de nombreux accessoires.
  • Communication : Les souris sont de base des animaux grégaires, qui doivent donc par définition vivre en groupe d’individus appartenant à la même espèce (Mus musculus). Cependant, il n’est pas rare que les souris mâles ne s’entendent pas entre eux, au point que l’issue d’un combat puisse être le décès d’un des deux combattants. Il est donc évident que tenter de faire cohabiter une souris avec d’autres rongeurs/lagomorphes, tels que le hamster qui est strictement solitaire, est totalement absurde et risqué.
  • Gabarit : Les souris sont des animaux chétifs, fragiles, qui ne peuvent absolument pas sortir vainqueurs d’un combat contre des rongeurs plus gros qu’elles ; elles seraient automatiquement défavorisées.
  • Au naturel : Enfin, il s’agit de la preuve la plus éloquente ; si les animaux ne vivent pas en cohabitation à l’état naturel, alors elles n’ont pas à l’être à l’état captif (domestique).

 Lorsque vous êtes l’heureuse propriétaire de rongeurs/lagomorphes d’espèces différentes, des sorties individuelles doivent être organisées, et chacune d’entre elles doit disposer d’une cage adaptée à ses besoins qui lui est propre. Idéalement, et pour leur sécurité, aucun contact direct ne doit être établit.

Cependant, certaines cohabitations peuvent bien entendu se faire naturellement, par accident notamment, et se passer merveilleusement bien. Ne vous y tromper pas, il vous est vraiment déconseillé d’essayer de faire cohabiter deux rongeurs entre eux sous peine que votre tentative n’aboutisse à rien de mieux qu’une simple boucherie…

 Au sujet de la cohabitation entre le lapin et le cobaye, elle vous est TOTALEMENT déconseillée !
Non seulement pour les points cités ci-dessus, mais en plus parce que ces deux espèces peuvent se transmettre des maladies.
En effet, le lapin est naturellement porteur d’une maladie qui ne l’affecte pas (Bordetella bronchiseptica) : il s’agit d’une bactérie transmissible par contact via les muqueuses contaminées, mortelle pour le cobaye.
A l’inverse, ce dernier peut transmettre la Pasteurella multicoda, une bactérie responsable d’affections respiratoires notamment, et pouvant conduire au décès du lapin.

 

© _Banzaii. 2011

Les commentaires sont clos.