Castration des souris mâles

Pix ~ EOS._19878Ayant un ou plusieurs mâles, vous avez surement déjà songé à la castration. En effet, les souris sont des animaux grégaires, qu’elles soient mâle ou femelle, et elles ont tout autant besoin de compagnie. Sauf que les mâles sont souvent bien trop territoriaux pour supporter la présence d’un autre mâle et on sait ce que ça donne avec les femelles…

Peut-être vous êtes-vous alors déjà renseigné sur internet, ou encore directement chez votre vétérinaire sur ce en quoi cette opération consistait.
Oui, il s’agit bien de l’ablation des testicules chez le mâle qui dès lors n’a plus aucune possibilité de se reproduire (puisque les spermatozoïdes se trouvent justement dans les testicules). L’approche se fait généralement par le scrotum et il est rare qu’il soit nécessaire d’ouvrir la cavité abdominale, méthode pendant laquelle la souris se refroidit beaucoup plus vite.

Tout d’abord, il faudra vous assurez que votre vétérinaire a l’habitude de pratiquer ce genre d’intervention, sinon faite-là dans une autre clinique. Veillez à ce que votre souris ne puisse pas passer en hypothermie durant l’opération et donc que votre vétérinaire dispose d’un tapis chauffant.
Sachez ensuite que l’intervention ne peut être réalisée que lorsque votre mâle aura atteint l’âge adulte, c’est-à-dire dès 4 mois. Avant trois mois et demi (au strict minimum), votre vétérinaire refusera d’opérer car l’appareil reproducteur de votre mâle n’aura pas atteint sa maturité et les risques en sont aussi augmentés. Il devra bien sûr être en bonne santé.
A savoir également que vous devez (presque obligatoirement) avoir un bon motif pour espérer faire subir cette opération à votre souris dans la grande majorité des cas. En général, le vétérinaire vous demandera de venir en consultation avant de fixer une date pour l’opération, afin d’observer le comportement de votre mâle ainsi que son état de santé.

Juste après l’intervention, votre mâle recevra des médicaments en injection, un antibiotique et un anti-inflammatoire notamment et la plaie est suturée. Cependant, il ne pourra pas être mis avec d’autres femelles ou mâles castrés avant trois petites semaines. Il devra également vivre sur une litière d’essuie tout le temps que la plaie se referme pour éviter l’infection (due aux poussières) et mieux contrôler son environnement.

Bien entendu, cette intervention comporte des avantages qui sont les suivants :

  • Vous avez la possibilité d’offrir à votre mâle une compagnie des plus féminines (ou masculine si vous avez déjà un ou des mâles castrés) sans risque d’accouplement.
  • L’ablation de la source de la testostérone permet en général d’inhiber le besoin de marquage du territoire, voire les comportements agressifs envers d’autres souris.

Cependant, ce deuxième avantage ne doit pas être l’argument moteur de la castration de votre souris, surtout si elle supporte d’être seule dans sa cage. L’opération doit être d’abord faite pour le bien-être de votre souris et pas le votre.
Ces deux points sont une généralité, mais on remarquera que certaines souris sont vouées à rester seules car trop dominantes et solitaires, qu’elles soient mâle ou femelle.

Bien que présentant des avantages, la castration chez la souris présente également des inconvénients qui sont de taille :

  • Risques anesthésiques et opératoires : La souris est un animal d’une taille et d’un poids si peu élevés que le dosage de l’anesthésiant est particulièrement délicat. Si votre vétérinaire ne dispose pas d’anesthésie gazeuse pour les souris, il n’aura pas d’autre choix que de passer par une anesthésie générale administrée par injection. L’opération en elle-même est un peu délicate du fait de la morphologie de la souris. La décision de castrer votre mâle ne doit être prise de façon irréfléchie.
  • Reproduction future impossible : Vous devez être sûr de votre choix, car après l’intervention, votre mâle ne pourra plus jamais se reproduire. Ça me semble évident, mais je préfère le préciser…
  • Prix de l’opération: Par précaution, bon nombre d’entre vous préfèrerez surement faire ce genre d’intervention dans une clinique spécialisée NACs. Pourquoi pas ? Cependant, le prix ne risque pas de vous décevoir, à raison de 50 à 110 € par mâle, dépendant des vétérinaires et du matériel dont ils disposent.
  • Prise de poids : La testostérone n’étant plus présente, les oestrogènes prennent donc le relais. Sauf que ces hormones s’accompagnent également d’une prise de poids rapide, qui sera donc à réguler et à surveiller de près.
  • Changement comportemental : Votre mâle, une fois castré, va finalement vivre avec d’autres souris. Son comportement risque donc de changer (puisqu’il n’aura plus les mêmes hormones, responsables en partie de son comportement), surtout à votre égard ; il y a malheureusement beaucoup de chances qu’il prenne ses distances par rapport à vous.

Bien entendu, ce genre d’opération ne peut être faite sur n’importe quelle souris. Elle sera encouragée chez les mâles dépressifs qui ne supportent pas la solitude malgré leurs sorties quotidiennes et une cage remplie d’accessoires distrayants.

Si votre souris ne se trouve pas dans ce cas de figure et que vos seules motivations tiennent de laréduction de l’odeur propre aux mâles et du nombre de cage que vous avez chez vous, je vous déconseille de risquer l’opération !

Je tiens à préciser au passage, pour ceux qui se questionnent, que les femelles ne sont jamaisstérilisées. Rendez-vous compte que chez les mâles, il ne faut inciser qu’au niveau des bourses et retirer les testicules, alors que pour les femelles, il faut presque ouvrir toute la cavité abdominale !
Aucun vétérinaire spécialiste NAC en souris ne se risquerait à opérer une femelle tellement l’opération est risquée et délicate.
Cependant, l’ovariectomie chez d’autres espèces de rongeurs peut être envisagée dans le cadre de laprévention de l’apparition de tumeurs mammaires ou encore de l’infection de l’utérus.

 En résumé, si l’opération est faite par un vétérinaire expérimenté, la castration reste une opération courante dont les risques anesthésiques et post-opératoires ne sont pas à négliger.

Quoiqu’il en soit, si vous restez indécis après la lecture de cet article, demandez conseil à votre vétérinaire. Il est la seule personne apte à juger de la nécessité d’une telle opération.

© _Banzaii. 2010

Les commentaires sont clos.