Le péruvien (angora)

Le cochon d’inde Péruvien (« Angora » dans le standard belge) est l’un des cobayes à poils longs les plus spectaculaires.

Muni d’un long pelage soyeux, retombant sur chaque côté de son corps, il a un vrai petit air de star!

Son pelage demande des soins particuliers, et son élevage relève de critères de sélection bien définis.

Historique

Le jardin zoologique de Londres et celui de Paris avaient pour habitude de collaborer, en procédant à des échanges réguliers de cobayes. Certains sujets au pelage différent et présentant des anomalies apparurent dans une portée à Paris, et suscitèrent une certaine curiosité.

Dès lors, revenus en Angleterre, ils furent rebaptisés « Peruvian » en l’honneur du pays d’origine des cochons d’inde.

Description

Le pelage du Péruvien retombe sur chaque côté du corps, avec une raie au milieu. Sa tête est recouverte d’une longue mèche appelée « pony » recouvrant son front et retombant sur les yeux. Sur les joues, les poils longs s’associent pour former ce qu’on appelle « la barbe ».

Sa particularité à la naissance est d’avoir le poil dirigé vers l’avant, ce qui disparaît avec la pousse du poil.

Il possède deux rosettes à l’arrière-train, qui gère le retombé de son pelage. Celle-ci se repèrent bien lorsque le sujet est jeune, mais elles ne se voient plus à l’âge adulte, du fait de la longueur du pelage.

Un bon péruvien ne doit pas posséder plus de deux rosettes! Son pelage doit également être bien long, avec une traîne fournie.

Soins

Le beau pelage du Péruvien nécessite quelques soins.

Il a besoin d’un brossage régulier (une petite brosse pour chat ou chien peut faire l’affaire). Il peut y avoir formation de nœuds dans les poils de l’arrière-train, il suffit juste de les couper délicatement.

Sinon, comme pour tout cobaye, le Péruvien a besoin d’une coupe régulière des griffes, d’une cage propre, et de nourriture en abondance: granulés enrichis en vitamine C, foin à volonté, légumes et fruits.

Picture2 Picture4

Picture3

Article et photos par Carole Khüne

Les commentaires sont clos.