[Souris/Rat] Surveillance lors de la gestation

La surveillance d’une souris ou d’une rate au cours de sa reproduction

Vous avez décidé de reproduire l’une de vos femelles, vous avez pesé le pour et le contre, commencé à réfléchir au placement des petits une fois sevrés, vous vous êtes équipé en cage de maternité … Mais avez-vous réfléchi à la manière d’accompagner au mieux votre femelle lors de sa gestation ? 

Cet article vous propose quelques  conseils de la saillie à la mise-bas pour prévenir au mieux les risques de la reproduction chez la rate et chez la souris.

Conseils lors de la saillie :

Les souris, comme les rates, sont polyoestriennes continues à ovulation spontanée. Elles ont « leurs chaleurs » tous les cycles de 3 à 5 jours tout au long de l’année. Il est cependant à noter, que si la température descend trop bas (en dessous de 15°C), ce processus peut être temporairement bloqué le temps que la température remonte.

La saillie chez les rats et les souris peut se faire lors de rencontre en terrain neutre ou tout simplement une fois le mâle et la femelle placés dans une cage ensemble.

La première méthode à pour but de vous donner de manière exacte la date de la saillie à partir de laquelle la gestation démarre. Cependant, certaines femelles « sont timides » et ne se laisseront pas saillir en dehors d’une cage. De plus, il faut savoir reconnaitre quand la femelle est en chaleurs pour programmer cette rencontre. La seconde méthode est donc beaucoup plus simple à mettre en place. Il existe tout de même un moyen pour estimer « la date de départ ». Après l’accouplement, la présence d’un bouchon vaginal.

Picture6

Ce bouchon est une confirmation que la saillie a bien eu lieu. Il est aussi appelé coagulum et provient des sécrétions du mâle. Sa présence confirme la saillie, cependant un bouchon peut être présent sans que la saillie « ait pris ». Celui-ci reste en place deux à trois jours puis tombe simplement. Il arrive que dans certains cas le bouchon ne soit pas aussi visible que sur la photo, car il peut être parfois plus interne.

Il est important de prendre le poids de la femelle le jour ou le lendemain de la saillie pour pouvoir suivre au mieux sa gestation.

Conseils lors de la gestation :

Une fois que la confirmation de la saillie a été faite, la femelle peut au choix rester encore avec le mâle pendant les deux premiers tiers de gestation ou retrouver d’autres congénères du même sexe. Il est déconseillé de mettre une femelle souris nouvellement gestante avec un autre mâle car cela pourrait entrainer un avortement spontané de la femelle (appelé effet de Bruce). Ce phénomène n’existe pas chez les rats.

Pendant les deux premières semaines de gestation, la femelle n’a pas besoin d’une alimentation spécifique, le changement d’alimentation doit se faire à partir

de la dernière semaine de gestation (à partir du 14éme jours). Lors de cette dernière semaine, le taux de protéines et de matières grasses de son mélange doivent être augmenté à 18-20 % de protéines et 6 % de matières grasses.

Durant le déroulement de la gestation, la femelle doit être pesée régulièrement. A partir de la dernière semaine la prise de poids de la femelle doit être continue. Pour ne pas fausser les résultats de cette courbe de poids, il est important d’effectuer la pesée à heure fixe.

Picture7

Conseils lors de la mise bas :

A partir du 19éme jour de gestation chez la souris et du 20éme jour de gestation chez la ratte, la naissance peut survenir à n’importe quel moment. Il est ainsi recommandé de placer la femelle seule ou avec une nourrice dans une cage de gestation à partir du 17éme jour pour que la future maman ait le temps de s’acclimater à son environnement.

Les premiers signes annonciateurs de la mise-bas sont : des écoulements clairs, une rate qui s’étire, une femelle nerveuse qui s’agite autour de la fabrication du nid. Dès les premiers signes, il est important de laisser la femelle seule et de ne surtout pas venir la déranger. L’accouchement ne doit pas s’étirer en longueur (la durée maximum est de 4 heures). Au-delà, l’avis d’un vétérinaire doit être pris. Il en est de même si la femelle semble se fatiguer. Une fois les petits nés, il est préférable, une fois la femelle reposée, de l’inspecter pour vérifier l’état de sa vulve (bout de litière coincé, petit coincé…). La femelle doit alors avoir perdu tous son ventre (impression d’une femelle dégonflée).

A partir du 23éme jour de gestation pour la souris et du 24éme jour pour la ratte, la non venue des petits doit vous alerter et avant si la femelle perd du poids ou stagne (d’où l’importance de suivre de près la courbe de poids de la femelle). A partir de ce moment, l’avis d’un vétérinaire doit être pris. Celui-ci fera une échographie et décidera de la marche à suivre : déclenchement chimique (injection d’ocytocine uniquement si le col de l’utérus est ouvert : deux injections à 12h d’intervalles) ou chirurgie (césarienne ou ovario-hystérectomie). Dans les deux cas, à partir du moment où la mise bas se passe mal, le pronostique vital de la mère est rapidement engagé, il ne faut pas hésiter à contacter le plus rapidement possible votre vétérinaire.

Après la mise bas, il est important de vérifier régulièrement l’état de la vulve de la femelle pour vérifier la non apparition d’infection de l’utérus (pyomètre). Ce type d’infection peut arriver lors d’une mise bas déclenchée, d’une césarienne ou même lorsque la mise bas s’est déroulée correctement (ce dernier cas est cependant plus rare).

Article par Ophélie Hédin-Dissous, Photos par l’auteur , graphique par Katheleen Lemaire

Les commentaires sont clos.