Apprivoisement des jeunes et des rongeurs réticents

Picture26

Que ce soit pour les éleveurs qui doivent apprivoiser leurs bébés, ou pour les nouveaux propriétaires qui se trouvent face à un animal apeuré, ou peu habitué à la manipulation, voici quelques trucs et astuces qui devraient vous aider.

A travers l’acclimatation à l’humain et une éducation positive, et bien entendu avec beaucoup de patience, on peut apprivoiser n’importe quel rongeur.

La méthode positive

Picture23La méthode positive en éducation (quelle que soit l’espèce) implique d’ignorer autant que possible les mauvais comportements, et de récompenser les comportements désirés. La récompense va évidement beaucoup varier selon l’espèce (chez les chiens bien souvent une récompense sonore suffit).

Avant toute chose il faut d’abord trouver ce que l’animal va adorer, au point de vouloir reproduire le comportement qui a mené à ladite récompense. Pour les rongeurs omnivores on peut tenter un morceau de jambon, de poulet, du lait de soja ou une boite pour bébé dans une seringue. Quand j’ai eu mes premiers rats, je les ai apprivoisés avec du Camembert (la forte odeur les attirait irrésistiblement, et ils adoraient le goût, ça a été très facile).

Avec un animal adulte, effrayé, près à mordre

Picture25Prenons le cas, comme je l’ai lu récemment, d’un rat récupéré adulte chez un éleveur de nourrissage. Rat jamais manipulé sauf par la queue et dont le destin était de se reproduire pour ensuite être mangé, il va de soi que sa confiance en l’homme était des plus limitée. La technique, certes un peu dure de départ, qui fonctionnera le mieux, sera de le priver de nourriture et de ne lui proposer des choses qu’à la main. Rassurez-vous, il ne se laissera pas mourir de faim, il finira au bout de deux ou trois jours par venir prendre ce que vous lui tendez. Comme il faut d’abord qu’il ne vous associe pas avec la peur, dans un premier temps, ne bougez pas, laissez-le prendre la nourriture et manger dans son coin. Persistez comme ça jusqu’à ce qu’il vienne à son aise, puis vous pourrez lui mettre à manger normalement et passer aux friandises. Quand il vient chercher de lui^-même, vous pouvez avancer dans l’apprivoisement, en l’attirant plus près de vous, puis sur vos genoux, en le caressant en même temps, etc. Allez-y toujours doucement, et faites de grandes transitions (vous pouvez facilement lui donner une semaine pour qu’il comprenne et/ou accepte quelque chose de nouveau). Quand vous échouez, n’insistez pas et retentez le lendemain. Il n’est pas responsable de sa peur, et vous avez tout le temps pour l’apprivoiser.

 

Avec un jeune animal

Avec un animal en croissance, il est plus difficile de l’empêcher de s’alimenter. L’apprivoisement risque donc de prendre plus longtemps. L’idée reste de lui proposer quelque chose qu’il va adorer au point de passer au-dessus de ses peurs. Qu’il soit jeune ou vieux, ne le forcez jamais s’il a peur de vous, cela rendrait les choses plus difficiles, et vous auriez de fortes chances de vous faire mordre. Mettre le jeune dans un groupe d’adultes qui n’ont pas peur et qui viennent volontiers vers vous peut aider dans certains cas, mais pas tout le temps.

Apprivoiser une portée

Picture24Chaque éleveur y va de sa méthode personnelle, et de ses affinités pour apprivoiser ses bébés, cela va de soi. Voici quelques observations sur mon travail, mais aussi ce que j’ai pu glaner çà et là.

– Même si les animaux ont beaucoup de place dans leur habitat, pour la manipulation il ne faut pas hésiter, surtout au début, à les mettre dans une cage plus petite ou dans une boite de transport. Leur donner peu de possibilité de fuite va accélérer le processus de confiance, puisqu’ils verront d’autant plus vite que vous ne leur voulez pas de mal.

– Des longues séances ne sont pas spécialement utiles, il vaut mieux en faire plusieurs, courtes, réparties sur leur période d’activité.

– Attendre qu’ils viennent d’eux-mêmes vous voir  reste une méthode que j’aime moins, personnellement, car si on doit intervenir rapidement, il vaut mieux pouvoir attraper directement l’animal sans qu’il n’ait peur. J’habitue mes animaux à être pris parfois à l’improviste, à être retournés dans tous les sens, observés, à les immobiliser, … Résultat : même avec des hamsters, les enfants peuvent faire ce qu’ils veulent sans se faire mordre.

– Si la maman est bien apprivoisée, il suffit souvent de la laisser avec les jeunes pendant les séances, les jeunes auront le réflexe d’imiter les parents. Au contraire, si la maman est craintive ou agressive (femelle que vous avez achetée en animalerie et qui était gestante par exemple), il ne faut pas hésiter à faire ces séances d’apprivoisement sans la maman, et faire la séance pour la maman à part des jeunes, pour ne pas qu’ils suivent son exemple.

– Je n’utilise pas de friandise pour apprivoiser mes portées, je ne pense pas qu’à cet âge ce soit nécessaire. Bien souvent, le fait d’explorer et de pouvoir sortir un peu est en soi une récompense suffisante pour eux. Si l’un des bébés est particulièrement craintif, on peut néanmoins recourir à cette méthode.

Quelques astuces

Picture27Avec un animal craintif, on peut, dans une pièce sécurisée, se permettre d’enlever directement tout le dessus de la cage pour les approcher, pour éviter d’être restreint par une petite ouverture.

Si votre animal fait des sorties dans un parc sécurisé ou dans une petite pièce, installez-vous confortablement avec lui, avec une réserve de friandises, et passez une heure ou deux en sa compagnie dès que possible.

Pour compléter un apprivoisement, ou chez les jeunes, on peut, chaque fois qu’on passe à côté de la cage et que l’animal est bien éveillé, ouvrir la cage, faire une gratouille ou un bisou, donner une friandise, puis refermer.

 

Laisser un commentaire