Le Rat des moissons (micromys minutus)

Micromys minutus : mais qui es-tu ?

export-1373Le rat des moissons est un micromammifère eurasiatique, on le retrouve de l’Angleterre au japon. Il vit dans les zones sèches, apprécie particulièrement les champs d’herbes hautes et de céréales.  Il s’installe sur un territoire de 400m² environ pour les mâles, un peu moins pour les femelles.

Son comportement est plutôt nocturne en été mais il se montre plus actif la journée pendant l’hiver.

Le rat des moissons a souffert de l’agriculture intensive ces dernières années et a disparu de certaines régions à cause de la destruction de son habitat.

Il n’est pas considéré comme animal de compagnie, et est donc très peu connu du grand public. Sa petite taille et son comportement discret le rend quasi invisible, même lorsqu’il s’installe près des granges ou des habitations.

L’adoption : où trouver des Micromys minutus ?

IMG_3634Cette espèce est encore peu répandue et n’est pas considérée comme animal de compagnie, elle est quasiment introuvable en France à ce jour.

Pour adopter des Micromys il faut se rendre sur les expositions à l’étranger, et plutôt du côté terrariophilie, en effet la petite taille de cette espèce est appréciée des éleveurs de serpents, notamment pour leurs jeunes spécimens encore trop petits pour se nourrir de souris classiques.

Les éleveurs proposent le plus souvent un « lot » de trois individus, 2 femelles et 1 mâle, dans le but de faire de la reproduction. Il faut donc être attentif et bien vérifier le sexe des micromys si vous ne souhaitez pas avoir de portée.

Fiche d’identité

Taille : 5 cm environ pour le corps (jusqu’à 7cm pour les plus grands individus), 5 cm environ pour la queue.export-1279
Poids : entre 5 et 10g
Maturité sexuelle : entre 4 et 5 semaines
Durée de gestation : entre 17 et 19 jours
Nombre de petits : de 1 à 6, la moyenne étant de 4 petits.
Régime alimentaire : céréales, baies, bourgeons et petits insectes.
Durée de vie : difficile à estimer dans la nature mais en captivité certains individus ont atteint l’âge de 5 ans.
Classification :
Embranchement : Vertébrés
Classe : Mammifère
Ordre : Rongeur
Sous ordre : Myomorphe
Famille : Muridé
Nom scientifique : Micromys minutus
Nom commun : Rat des moissons
Aspect physique : le rat des moissons est de couleur brun sauvage, avec le ventre blanc, de petits yeux ronds noirs, un museau arrondi et des petites oreilles poilues.  Le poil est doux et dense, avec un sous poil plus foncé. La queue est un organe très important chez les Micromys minutus car son extrémité est préhensile, ils peuvent donc s’en servir pour s’accrocher aux fines branches et aux herbes.

L’alimentation

export-1055A l’état sauvage : Le rat des moissons se nourrit principalement de graines, de bourgeons, de jeunes pousses de graminées, de petits fruits (baies). Il complète son régime alimentaire avec des insectes, qui lui fournissent des protéines.

En captivité :Il n’existe pas de mélange de graines dans le commerce élaboré spécialement pour les Micromys minutus, ceux vendus pour les autres rongeurs ne leur conviennent pas.

La meilleure solution reste de faire soi-même son mélange, avec comme base un mélange pour canaris et un mélange pour perruches (les graines sont à la bonne taille pour les rats des moissons) auxquels on peut ajouter des crevettes ou des petits vers de farines séchés.

Les extras : les rats des moissons apprécient d’avoir une branche de millet entière à disposition dans la cage, il est très plaisant de les voir l’escalader pour en décrocher les graines. On peut aussi leur donner des fruits et légumes frais de temps en temps (petits morceaux de concombre, pommes…), des bouquets de graminées sauvages (attention aux pesticides, choisissez bien l’endroit de cueillette) et des petits grillons ou vers de farines vivants.

L’eau : les rats des moissons doivent toujours avoir de l’eau fraiche et propre à disposition, attention cependant, il ne faut pas que le récipient soit trop profond pour éviter tout risque de noyade ! Les biberons ne sont pas non plus adaptés car la bille est trop grosse et trop lourde pour les Micromys, même sur les petits modèles.

Cage

Les cages à barreaux ne conviennent pas aux micromys, ils s’enfuiraient à travers en quelques minutes.

L’idéal est de les installer dans un terrarium (plus il est grand mieux c’est !), avec beaucoup de stimulations (branchages, cordes, ponts, cachettes, roue d’exercice, …).

Ce sont des animaux très actifs qui apprécieront un environnement riche et varié.

Pour la litière, pas de copeaux de bois (toxiques), du chanvre, du lin, de la litière de coton ou de papier recyclé sans encre, et du foin pour la construction des nids.

Les micromys entre eux

Les rats des moissons sont plutôt des animaux grégaires, même si à l’état sauvage ils peuvent s’établir seul sur un territoire.

Il y a parfois des petits conflits d’autorité au sein du groupe, surtout chez les mâles, mais les bagarres ne dégénèrent que rarement.

S’il y a suffisamment de jeux, de nids et de nourriture pour chaque Micromys, les individus cohabitent de façon très pacifique, s’isolant parfois du groupe pour y revenir ensuite.

Attention cependant, il est à noter que lors des périodes d’accouplement, une fois saillie, la femelle peut se montrer très agressive envers le mâle, jusqu’à lui infliger de sévères blessures. Il convient donc de bien surveiller les couples et de les séparer dès les premiers signes d’agressivité.

Pour éviter tout risque de surpopulation, il est préférable de créer des groupes unisexes. En effet, le rat des moissons est une espèce assez prolifique, même si le nombre de petits par portée reste bas.

Mes MiniRats et moi

IMG_3661J’ai craqué pour le rat des moissons à l’occasion d’HoutenExoknaag en avril 2014. Depuis, j’ai beaucoup appris sur cette espèce, et je souhaite partager avec vous tout ce que j’ai pu découvrir sur ces étonnants rongeurs. Je continue à en apprendre tous les jours, je les observe évoluer, et je tente de nouvelles choses, de nouveaux aménagement, de nouvelles méthodes pour les approcher…

Le Micromys minutus n’est pas un animal qui se « câline ». En effet, sa petite taille le rend difficilement manipulable, il est aussi très rapide et n’hésitera pas à sauter des mains de son propriétaire. Le rat des moissons ne mord quasiment pas, mais son instinct de fuite est très fort et il fera tout son possible pour s’échapper de la main qui l’enserre. Une femelle a essayé de me mordre une fois, mais ses dents n’ont pas traversé ma peau, elle a seulement pincé je crois, ou alors ses dents ne sont pas assez longues pour traverser le derme humain…

Pour attraper mes rats des moissons, j’ai deux méthodes : soit j’utilise un gobelet en plastique (idéal pour les individus les plus stressés et rapides), soit je les attrape à la main, en bloquant la base de la queue entre le pouce et l’index (technique qui demande un peu d’entrainement pour éviter tout accident).

Je les manipule le moins possible ; uniquement pour le nettoyage du terrarium (1 fois par mois), pour les reproductions et le sexage des jeunes.

D’une manière générale, les rats des moissons n’apprécient pas la manipulation, mais viennent par contre volontiers au contact quand je pose ma main dans le terrarium. Ils sont d’un naturel curieux et auraient même tendance à sortir du terrarium pour explorer l’environnement si je laissais  la vitre ouverte (c’est arrivé à Animal Expo…. grosse frayeur pour nous mais le minirat a été récupéré sans problème).

Ces minirats sont vraiment des animaux très actifs, de jour comme de nuit, avec des temps de repos entre chaque moment de crapahutage.  Ils adorent faire de la roue, grimper aux branchages et lianes, leur environnement doit vraiment être le plus riche et varié possible pour satisfaire leur besoin d’activité.

Les rats des moissons sont donc des rongeurs plutôt adaptés à un public adulte ou adolescent, qui appréciera de leur construire un bel espace de vie pour les observer dans toutes leurs activités.

Mes mâles et femelles vivent en groupes unisexes, je n’ai jamais rencontré de problèmes d’intégration ou de cohabitation, même lorsque j’ai séparé les groupes pour les reproductions.  J’ai par contre remarqué que les mâles cohabitent mieux quand ils ont la possibilité d’avoir chacun leur espace au sein du même terrarium, j’ai donc installé autant de cabanes et de roues que le nombre d’individus.  Ils dorment parfois ensemble, parfois chacun de leur côté, mais il y a beaucoup moins de conflits depuis qu’ils ont chacun leur roue !

La difficulté réside pour moi dans la réussite des portées. En effet, les saillies n’aboutissent pas toujours, je n’ai pas encore trouvé la cause, mais je pense que le temps, et l’ensoleillement y sont pour quelque chose.  Dans la nature, le rat des moissons ne se reproduit qu’au printemps, j’ai tout de même réussi à avoir des portées  en hiver, mais beaucoup plus difficilement qu’en été.

J’ai aussi rencontré des difficultés avec des femelles qui mangeaient leurs petits ou les abandonnaient à la naissance, malgré un régime enrichi en protéines. J’ai résolu ce problème en isolant la femelle pleine dans un petit terrarium dès l’apparition des « bouées », le fait d’être seule et au calme avec nourriture a volonté semble les inciter à beaucoup mieux s’occuper des bébés.  Je n’ai pas encore assez de recul pour savoir si c’est vraiment la bonne méthode, mais je pense que je suis sur la bonne piste.

Les femelles deviennent très agressives avec les mâles une fois saillies, mais également entre elles, deuxième raison pour les isoler rapidement et les laisser vivre leur gestation au calme.

J’ai pour le moment une moyenne de quatre petits par portée, la première née chez moi comptais six bébés qui ont malheureusement été abandonnés par leur mère.

Une fois les petits nés, j’ai remarqué un net changement de comportement chez mes femelles (dans les cas où elles n’ont pas abandonné ou tué leurs petits). Elles ne sortent quasiment pas du nid la première semaine, et profitent de la nuit tombée pour s’alimenter. Au bout d’une semaine, lorsque les petits sont poilus, elles sortent à nouveau en journée et passent moins de temps dans le nid.  Elles construisent un nid circulaire qui ressemble beaucoup à un nid de petit oiseau.  Elles me laissent regarder leurs petits, mais pas les toucher, elles émettent des petits cris d’alarme si je m’approche de trop de la nichée. Pour éviter de les stresser lorsque je vérifie le nid, je préfère les sortir quelques minutes du terrarium, ainsi je peux soulever tout doucement le nid et en profiter pour vérifier que tout va bien.

La reproduction de cette espèce reste quand même assez délicate, le fait que les rats des moissons ne soient pas manipulables complique encore un peu les choses.  J’aimerais, à terme, réussir à faire évoluer le comportement de mes femelles, dans le but de les familiariser le plus possible à moi et les rendre ainsi moins sauvages. J’espère que, dans quelques générations, je pourrais réussir plus facilement les reproductions, avec des individus moins sauvages et donc moins stressés.

Pour finir, le Micromys minutus est un animal terriblement attachant, drôle et très intéressant à observer.  J’espère pouvoir continuer à partager mes connaissances sur cette espèce avec le plus de monde possible, la faire connaître, et pourquoi pas la démocratiser en temps qu’animal de compagnie à part entière.

Article par Clara (Orfée)

Laisser un commentaire