Le hamster taupe

hamste63.gif
photo by B.S.Yudin, taken from Web site of the Siberian Zoological Museum (Novosibirsk, Russia)

Lors de la parution de la liste positive des mammifères en août 2000, un commerçant en animaux interviewé prétend “on peut encore tenir le Hamster de Syrie, mais on ne peut plus tenir cet Hamster-taupe”. Sur quoi, on nous montra un simple hamster de Syrie noir.

Le Hamster-taupe existe bien effectivement et ne peut en effet pas être tenu, mais il s’agit là d’un animal qui est en pratique fort difficile à tenir en captivité, si l’on veut un peu respecter son habitat naturel.

Le Hamster-taupe fait partie de la famille des cricetidés (Cricetidae). La sous-famille des Hamsters-taupes (Myospalacini) ne connaît qu’ un genre (Myospalax) de 5 sortes, parmi lesquelles le Hamster-taupe ou Zokor Sibérien (Myospalax myospalax), le Hamster-taupe Chinois (Myospalax psilurus), M. fontanierii, M. rothschildi et le Zokor de Transbbaikalie (Myospalax aspalax). On peut les rencontrer dans l’Est de la Russie (Sibérie), Mongolie et le Nord de la Chine.

hamste64.gif

Ces animaux se sont adaptés à une vie souterraine et viennent rarement à la surface.

Ils ont une forme aérodynamique et ressemblent à une taupe, ils possèdent trois ongles grands et forts à chaque patte antérieure.

hamste65.jpg

Grâce à cet attribut, ils sont capable de creuser à une vitesse folle. Des observations dans la nature ont démontrer que ces animaux savent creuser un tunnel de 70 cm de long et 30 cm de profondeur en 12 minutes.

Ces animaux sont actifs toute la journée et n’hibernent pas.

Lorsqu’ils rencontrent des racines d’arbres ou d’arbustes, celles-ci sont rongées avec les dents.

Dans leur habitat naturel, les Hamsters-taupes sont parfois considérés comme un véritable fléau. A l’inverse des taupes, ils ne sont pas uniquement des insectivores, mais ils ont plutôt un menu à base de végétaux. Ils creusent des “tunnels à aliments” sous les champs de graines et de légumes, où ils tirent les tiges de grains par le dessous et les amassent dans une chambre à provisions. Les légumes tels les oignons sont dévorés et rongés par le dessous.

En temps normal, ils ne mettent bas qu’un seule portée par an, le plus souvent en mars ou avril. La grandeur de la portée varie de 4 à 6 jeunes. Ceux-ci viennent au monde dans une ‘’chambre-nid’’ qui peut se trouver à 2 m sous la terre.

Ancien article Rodent ASBL
Eddy Van Hoorebeke

Les commentaires sont clos.