Lemming du nord

Le lemming du nord ou lemming boréal

© Hubert De Keyser Fin mars ’99,
J’ai pu acquérir un groupe de petits rongeurs connus sous le nom de Bog Lemming. D’après les documents d’importation, il s’agissait de Synaptomys borealis ou de Northern Bog Lemming.

Grzimek nomme le genre Synaptomys: lemmings et les divise en deux sortes, à savoir Lemmings du Nord et Lemmings du Sud ou Synaptomys borealis et Synaptomys cooperi, vivants chacun en Amérique du Nord. Le Synaptomys borealis se rencontre en liberté essentiellement au Canada, de l’Est jusqu’en Alaska. Ils habitent des régions tourbeuses et herbeuses.

La période de reproduction se situe de début mars à octobre. Ils construisent un nid d’herbes sèches aussi bien sur que sous la terre. Pendant certaines années, il y aurait une surpopulation de lemmings, pendant d’autres années il y aurait un dépeuplement extrême jusqu’à l’extinction presque totale.

Les lemmings demeurent également très actifs pendant les journées d’hiver et par leur nature agitée, il arrive qu’ils se tuent au travail.

Caractéristiques

Le Synaptomys borealis est un rongeur de couleur grisâtre à brun cannelle qui ressemble à un campagnol avec une longueur corporelle de 10-13 cm et une queue tronquée de 1-2 cm.

Habitat, reproduction et alimentation

Au début, j’avais hébergés mes animaux en groupe de trois mâles et deux femelles dans un terrarium de 45 x125 cm avec des places de nidification, beaucoup de copeaux de bois et du foin.

Après deux semaines, naquirent les premiers jeunes dans un morceau d’arbre creux et quelques jours plus tard une deuxième nichée s’ajouta à la première dans un nid commun, aucun des jeunes ne survécut.

Chaque jour, je trouvais un jeune mort éparpillé à divers endroits. Le nid servait également de dormoir et d’abri-cache pour les autres animaux, il y régissait donc une circulation dense.Après mûre réflexion, j’ai divisé mes animaux en couples: un couple resta dans le grand terrarium et l’autre fut déménagé vers un terrarium de 45 x 55 cm avec la même litière et avec des possibilités diverses d’abri.

Des jeunes naquirent dans les deux cages: les jeunes du premier terrarium ne survécurent pas, mais cette fois cela se produisait lorsqu’ils délaissaient le nid. Dans le second terrarium se produisit la même chose mais quelques jeunes restaient en vie.

Après avoir lu un article sur les lemmings qui ne retrouvaient plus leur jeunes, je me décidai à déménager également l’autre couple dans un terrarium plus étroit. Dans chaque terrarium furent retirées toutes les caches et ne fut laissé qu’une fine couche de litière avec un seul coin muni de matériel de nidification. Le résultat fut tel que lors du nid suivant, un seul jeune fut perdu.

Après avoir lu un article sur le Synaptomys cooperi, l’alimentation fut elle aussi revue. Auprès de la portion journalière de grains, semences et légumes, je me mis à ajouter des pissenlits et d’autres verdures, et surtout de l’herbe. Mes présomptions que l’herbe était l’alimentation de base semblaient être confirmée. Dans les deux nids suivants, survécurent tous les jeunes.

Espérance de vie

Si l’on compare avec les lemmings des steppes, le Synaptomys borealis n’aurait pas une longue vie.

Je ne possède pas encore assez longtemps ses petits animaux pour pouvoir avoir une idée nette sur le sujet. Il est pourtant certain que de la première souche d’ animaux, 1 couple s’est arrêté de procréer après la deuxième nichée.

Une femelle issue de mon élevage fut accouplée au mâle adulte restant et mis bas ses premiers jeunes à 63 jours. Généralement, ils peuvent mettre bas une nichée par mois. La période la plus courte entre deux nichées fut de 23 jours, ils ont donc probablement une gestation d’environ trois semaines. Il est vraisemblable qu’ils ne sont fertiles que pendant une saison, il est donc essentiel de tenir régulièrement de jeunes animaux.

Ancien article Rodent ASBL

Les commentaires sont clos.