Fur-chewing

Le « Fur Chewing » correspond à l’activité de mâchonnement des poils. Il peut s’exercer par un chinchilla lui même ou entre plusieurs individus. Ce phénomène s’observe dans de nombreuses espèces de mammifères domestiques (vison, lapin, hamster,..) mais également chez les animaux dans leur milieu naturel comme chez le renard par exemple.
Cela constitue un véritable fléau dans les élevages de chinchillas destinés à la pelleterie (fourrure). La pathogénie exacte de ce trouble n’est pas déterminée mais différentes causes ont ete avancées : nervosité, stress, carences alimentaires, ennui, environnement inadapté, désordres hormonaux. Il sembe également que le « fur chewing » puisse être une pathologie héréditaire.
Les chinchillas pratiquant le « fur chewing » ont généralement une température corporelle basse, et une activité thyroïdienne augmentée. Nul ne sait si cette activité endocrine est la cause ou la conséquence du trouble.

Signes cliniques

Le fur chewing paraît plus ou moins sévère selon les individus et la localisation des lésions. Les lésions se présentent sous la forme de zones dans lesquelles les poils paraissent cassés, rongés par les incisives de l’animal. Si le chinchilla s’attaque à lui-même, tout le corps peut être atteint excepté la tête, les régions du corps les plus touchées étant les épaules, les flancs, les membres. Si le fur chewing survient entre deux individus, la tête peut être concernée.
Les zones atteintes ont une étendue variable, le chinchilla enlève parfois les poils de ses membres antérieurs et/ou postérieurs, ou bien ronge ses poils le long de ses flanc, formant une sorte de gouttière. Quelque fois, tout le corps est tondu, laissant une peau rêche, rouge et pelée.
Les zones lésées apparaissent généralement noires, car les poils sont coupés à hauteur de la sous couleur qui est grise-bleue chez le standard.
Apparemment, tous les chinchillas sont susceptibles de pratiquer le fur chewing au cours de leur vie ; cependant certains individus le feront de façon chronique, et présenteront une fourrure de mauvaise qualité en permanence.

Traitement

Pour contrôler le fur chewing, il faudra agir sur différents facteurs car c’est souvent une pathologie multifactorielle.
Les caractéristiques de l’environnement devront être adaptées aux conditions optimales de vie du chinchilla. L’alimentation sera également revue et éventuellement corrigée. Si une des causes est l’ennui, il faudra agrandir et aménager la cage de façon à permettre au chinchilla de grimper, sauter, ronger. Si le chinchilla est seul, on pourra introduire un congénère avec toutes les précautions que cela impose (quarantaine, pas de reproduction, surveillance afin que le chinchilla « malade » ne s’attaque pas à la fourrure de son copain de cage).
Il est possible de calmer l’étendue du fléau en administrant un traitement homéopathique au chinchilla atteint (me contacter par mail).

Photo d’un chinchilla atteint d’un Fur Chewing extrême

Article par Tony Vaidie (http://www.rongeursandco.fr/)

Les commentaires sont clos.